Mobile Suit Gundam, Char contre-attaque : la critique du film (1988)

Animation | 2h04min
Note de la rédaction :
6/10
6
Char contre-attaque,la jaquette DVD

  • Réalisateur : Yoshiyuki Tomino
  • Date de sortie: 16 Sep 2005
  • Titre original : Kidô senshi Gandamu: Gyakushû no Shâ
  • Nationalité : Japonais
  • Distributeur : Film inédit en salles en France
  • Éditeur Vidéo : All Anime
  • Sortie vidéo : Le 16 Septembre 2005 (première sortie) / Le 5 juillet 2019 (nouvelle sortie en blu-ray)
  • Compagnie de production : Sotsu Agency/Sunrise
  • Box office Japonais : 1,3 millions d'entrées
Note des lecteurs

Véritable délice visuel pour les amateurs d’animation japonaise pré-numérique , ce premier vrai long métrage de la franchise Gundam se caractérise par un scénario correct et fidèle au style de son auteur, bien que manquant parfois d’envergure et de rythme.

Synopsis : Cinq années après sa mort présumée, le légendaire pilote des colonies spatiales de Zeon, Char Aznable, est de retour à la tête d’une armée levée dans le but de détruire la Terre.  Son objectif: éliminer les humains n’ayant pas grandi dans l’espace, qu’il juge inférieurs , et régler ses comptes avec son éternel rival, le Terrien Amuro Ray.

Le premier long métrage de la franchise Gundam

Critique: Sorti le 12 mars 1988, au Japon exclusivement, Char contre-attaque marque un tournant majeur dans l’histoire de Gundam puisqu’il s’agit du premier long métrage de la franchise à proposer une histoire originale et non un condensé des épisodes de la série télévisée. Réalisé par Yoshiyuki Tomino, le créateur des trois séries diffusées jusqu’alors, le film développe les thématiques récurrentes de l’artiste tout en amenant l’animation à un niveau de maîtrise technique encore aujourd’hui très impressionnant.

Une facture technique irréprochable

En effet, la qualité du dessin et de l’animation constituent les gros points forts de ce film. Le spectateur en prendra tout particulièrement la mesure au cours des scènes de batailles spatiales,  visuellement magnifiques et incroyablement dynamiques. En d’autres termes, on sent dès le premier coup d’œil que l’on est face à un vrai film de cinéma et non à une série télévisée. Quelques effets 3D novateurs pour l’époque sont à noter mais ils sont très discrets et ils ont suffisamment bien vieilli pour ne pas brûler la rétine des amateurs de dessins fait main.

Un character design inspiré

La conception des nouveaux robots est plutôt convaincante, et les engins sont représentés de façon très détaillée sur certains plans. Quant au design des personnages, il n’est pas en reste puisqu’il vient sublimer le charisme des héros issus de la série et permet aux nouveaux venus de ne pas détonner, en dépit d’une profondeur psychologique très sommaire, puisque ces derniers sont capables de changer de camp en quelques minutes et de tuer pour l’amour d’une personne qui leur est quasiment inconnue.

C’est donc au niveau du scénario que le bât blesse. L’ajout de ces nouveaux personnages si peu substantiels peut laisser d’autant plus perplexe que le film ne s’adresse en aucun cas à des néophytes. En effet, il est impossible de bien comprendre le scénario sans connaître la première série ou les films la résumant.

Non-initiés, passez votre chemin !

En d’autres termes, les profanes peuvent passer leur chemin puisque ce film ne constitue en aucun cas une porte d’entrée dans l’univers Gundam. Et quand bien même vous seriez un habitué, le manque de transition avec les séries précédentes est déroutant, puisque l’on ne nous dit à aucun moment comment Char a survécu et assemblé son armée. Si les motivations de ce dernier peuvent laisser dubitatif au début, le tout s’éclaircit heureusement au fur et à mesure; le film parvient in fine à le dépeindre comme un personnage nuancé tout en s’attardant de manière intéressante à son rapport torturé aux femmes.  Sans pour autant trop dévoiler l’intrigue, il convient de préciser que le final, se voulant dramatique, se révèle un peu décevant dans la mesure où il ne provoque pas un impact émotionnel comparable à celui qu’a pu, par exemple, susciter celui de la série Z Gundam en son temps.

Dans le même ordre d’idée, la bande-son se révèle un peu trop discrète, bien qu’efficace. Elle s’inscrit dans la continuité des musiques de la série à cela près qu’elle ne propose que des thèmes symphoniques là où l’on pouvait aussi profiter de passages plus synthétiques qui donnaient un certain dynamisme aux combats.

En dépit de ces quelques défauts, cette contre-attaque de Char est en définitive un spectacle de qualité qui rencontra un succès certain au pays du soleil levant, puisque le film a attiré 1,3 millions de newtypes en salles, pour des bénéfices s’élevant à 1,6 milliards de yens, ouvrant ainsi la voie à la sortie d’un nouvel épisode en salles trois années plus tard.

Acheter le Blu-Ray 

Critique de Kevin Martinez

Char-contre-attaque

© SOTSU AGENCY-SUNRISE
Illustration de couverture: Hiroyuki Kitazune

x