Les petits maîtres du Grand Hôtel : la critique du film (2019)

Documentaire | 1h20min
Note de la rédaction :
8/10
8
Les petits maîtres du Grand Hôtel, affiche du documentaire

  • Réalisateur : Jacques Deschamps (réalisateur)
  • Date de sortie: 25 Sep 2019
  • Nationalité : Français
  • Distribution : Jour2Fête
  • Editeur vidéo :
  • Date de sortie vidéo :
  • Box-office France / Paris-Périphérie :
  • Festival : Fipadoc 2019

Les petits maîtres du Grand Hôtel est un documentaire chantant et léger qui, s’il ne cache rien des difficultés des métiers de l’hôtellerie restauration sait aussi leur donner toutes leurs lettres de noblesse.

 Synopsis : Couper, flamber, dresser…Courir, servir, sourire…
Pas toujours évident quand on a 17 ans. Une école hôtelière, une comédie musicale documentaire.

Les petits maîtres du Grand Hôtel : leurs craintes, leur découragement, parfois leur colère mais aussi et surtout leur fierté

Critique : Lors d’un séjour dans un établissement hôtelier de Grenoble, le réalisateur Jacques Deschamps découvre, en guise de personnel, des jeunes gens timides et maladroits qui écorchent son nom, se trompent en lui donnant sa clé, cependant encadrés de professeurs qui manient avec habileté (et même parfois humour) bienveillance et autorité. Car l’hôtel Lesdiguières est un « hôtel-école », l’un de ceux qui forment les futures recrues des établissements de luxe où la rigueur est de mise. Séduit par ce ballet incessant de plateaux que l’on porte, de nappes que l’on plie, de draps que l’on étire, par le son des portes qui battent, des ustensiles aux noms d’instruments de musique (piano, mandoline…) que l’on agite en cuisine, envoûté par le décor théâtral d’un établissement conçu à la fin du 19e siècle, lui vient l’idée de bâtir une comédie musicale. La caméra suit le parcours des élèves de cet hôtel d’application du lycée des métiers de l’hôtellerie, toutes filières et tous niveaux confondus, au rythme de chansons qui, bien mieux que des dialogues, décrivent leurs craintes, leur découragement, parfois leur colère mais aussi et surtout leur fierté de perpétuer un savoir-faire internationalement reconnu.

Les petits maîtres du Grand Hôtel

© Jour 2 Fête, TS Productions

Dressage brutal, à l’aspect burlesque

A l’inverse des émissions culinaires tapageuses proposées par les médias, il convient ici d’apprendre la discrétion, celle qui consiste à se fondre dans le décor pour ne se mettre qu’au service de la clientèle, la modestie qui permet de se plier sans rechigner aux tâches les plus ingrates et l’élégance qui exige de réaliser les gestes les plus simples avec grâce. Alors, les professeurs ne laissent rien passer : un mot malvenu, une barbe trop apparente, des retards répétitifs, tout est noté, scruté, répété jusqu’à obtention de l’excellence, toujours entre patience et pédagogie. Car si les exercices s’avèrent parfois rébarbatifs, le personnel enseignant ne perd jamais l’occasion d’égayer les dérapages divers et variés d’une bonne dose d’humour et de dérision, dont les paroles des slams et des raps se font malicieusement les complices. Si certains de nos jeunes apprentis renâclent, ils n’ont pourtant d’autre choix que de se soumettre à un ordre, à une hiérarchie, à un client exigeant. Se livrant à un réjouissant jeu d’équilibre, le réalisateur pose un regard perspicace sur les embûches liées à cette discipline quasi militaire, obligatoire pour maintenir les traditions de l’hôtellerie française, mais souvent vécue comme un dressage brutal pour ces adolescents de 15 ou 16 ans dont il ne manque jamais de saisir l’aspect burlesque, tout en nous offrant parallèlement de savoureux récits comme celui de l’émouvant solo d’Eddy Fourna. Ancien élève désormais directeur des travaux, il sait exactement ce que vivent les jeunes débutants, partage leurs doutes et leurs difficultés mais connait aussi le degré d’exigence des patrons des palaces auxquels ils sont destinés.

La plus belle caractéristique de ce documentaire est d’avoir non seulement réussi à élever l’envers d’un décor quelque peu chaotique au rang de grand art mais aussi de transformer la candeur et la maladresse de ses jeunes acteurs en un chaleureux plaidoyer pour ces métiers de service souvent peu considérés. Une bien belle manière rendre visibles ces petits maîtres valeureux !

Critique : Claudine Levanneur 

Les sorties de la semaine du 25 septembre 2019 

Les petits maîtres du Grand Hôtel, affiche du documentaire

© Jour 2 Fête, TS Productions

Trailers & Vidéos

trailers
x
Les petits maîtres du Grand Hôtel, affiche du documentaire

Bande-annonce des Petits maîtres du Grand Hôtel

Documentaire

x