Le Forum Orient-Express / L’UGC Orient-Express

Note de la rédaction :
6/10
6
Le Forum Orient-Express devient l'UGC Orient-Express

Note des spectateurs :

Retour sur l’histoire du mythique UGC Orient Express, à Paris, une zone de cinéphilie de seconde zone, jadis appelée Forum Orient-Express.

C’est au tout début du mois de juin 1983 que le Forum Orient-Express naît au niveau – 4 du Forum des Halles. Un nouveau site cinématographique après le Forum Cinéma Arc-en-Ciel (niveau-3, 4 écrans) et le Gaumont les Halles (niveau-3, 6 salles). Il deviendra aussi connu sous le nom mythique de l’UGC Orient Express.

Le site, conçu par l’architecte Loïc Brégeon comporte une salle de 200 places, cinq d’une centaine. Les écrans se veulent être les plus larges et les plus grands possibles, malgré l’étroitesse des lieux. Dès le départ, une septième salle est envisagée. Elle n’ouvrira qu’en 1986 et sera réduite à une quarantaine de sièges.

Le propriétaire, à la tête du groupe Forum est Jean-Pierre Lemoine qui étend son emprise sur le cinéma parisien, puisque celui-ci possède également  le George V sur les Champs Elysées, les 4 écrans des Images à Place Clichy et le Lumière (3 écrans sur le Boulevard des Italiens).

Il est alors question de miser sur la jeunesse du lieu ; le Forum des Halles est dynamique, ouvert aux touristes. C’est même le 3e quartiers du cinéma parisien. La programmation se fait donc en version originale et se veut ouverte sur l’art et essai sur un écran.

Quels films pour sa première semaine? Pas ceux que vous croyez.

Pour son lancement, le mercredi 1er juin 1983, six films plutôt ambitieux sont à l’affiche. La programmation est un véritable patchwork.

  • La courtisane (film de 1931 avec Greta Garbo)
  • Les faucons de la nuit (un bide Stallone)
  • Les dieux sont tombés sur la tête (un triomphe de la comédie africaine sorti en janvier 1983)
  • Victor Victoria (encore une continuation d’une comédie populaire de Blake Edwards, sorti en octobre 1983)
  • Cabaret (une reprise prestigieuse)
  • Diva (l’éternel film de Beineix, sorti en 1981)

Le prix de la place est alors à 30 francs, 20 francs si tarif réduit.

Un cinéma souterrain hors de toute réalité

La réalité des lieux est l’exiguïté. Le cinéma de la fin du monde, enterré dans un placard du gigantesque complexe commercial, porte en lui un aspect oppressant que son agencement ne fait qu’accentuer. C’est également son atout. L’on se situe loin de la réalité extra cinématographique. Ce cinéma souterrain orné de tuyaux et de dédales de couloirs est loin de faire grand public. Les dirigeants du site devront progressivement s’écarter de l’art et essai et des reprises prestigieuses. Le lieu n’est pas celui d’une cinéphilie au sens noble du terme de par cet emplacement angoissant pour les cinéphiles du plein air.

Très rapidement, le cinéma propose une programmation de fin d’exploitation, dans un premier temps celles du Forum Horizon, puis celles de l’UGC Ciné Cité les Halles puisqu’en 1992, le Forum Orient-Express devient la propriété d’UGC.

Le site change sa nomenclature et devient l’UGC Forum Orient-Express. Le Forum Orient-Express acceptait déjà les cartes privilège UGC depuis 1992.

Le Forum Orient-Express devient l'UGC Orient-Express

Les Archives de CinéDweller © Pariscope

L’UGC Forum Orient-Express et la naissance du Ciné Cité les Halles

En 1995, quand Gaumont célèbre les 100 ans de la Marguerite, UGC, via ses dirigeants Guy Verrecchia et Alain Sussfeld présente le tournant historique de leur société, l’ouverture du premier UGC Ciné Cité, aux Halles, sur l’ancien Forum Horizon et l’espace Cousteau.

Le Forum Orient Express affiche magnifiquement dès lors son appartenance à UGC au matin du 21 juin 1995, Fête du cinéma qui correspond à l’ouverture du géant de 15 salles. La maison mère ne compte pas se débarrasser du vilain petit canard du sous-sol, mais l’utilise comme une extension de sa programmation pour les films de continuation, les blockbusters américains tellement mauvais qu’ils ne méritent pas une exposition dans le vaisseau amiral,  des séries B qui fâchent les ancêtres des bobos au Ciné Cité et des sorties techniques, à savoir des produits américains destinés à justifier par une exploitation sur moins de 10 écrans France le label « sorti au cinéma » sur les jaquettes des cassettes vidéo (essentiellement des comédies américaines adolescentes ou avec des stars du rire étasuniennes qui ne font pas rire la France de l’époque).

Que programmait l’Orient-Express quand l’UGC Ciné Cité les Halles ouvrait ses portes?

Pour la première semaine en tant qu’UGC, le 21 juin 1995, le cinéma propose :

  • La guerre des boutons, ça recommence (remake raté du classique d’Yves Robert)
  • Marie-Louise ou la permission (comédie romantique avec Eric Ruf et Kate Beckinsale)
  • Une femme française (film en costume de Régis Wargnier, sorti deux mois auparavant)
  • Waati (un drame africain rare, sélectionné à Cannes)
  • Fast (une comédie décalée française avec Karin Viard)
  • Avec ou sans hommes (un film d’Herbert Ross avec Whoopie Goldberg et Drew Barrymore, en fin de vie)
  • Last Seduction (le film noir de John Dahl avec Linda Fiorentino, après un peu plus d’un mois de carrière)

Rien d’exceptionnel donc, des vieilleries en fin de cycle ou des films sans potentiel. Un écran propose de la Dolby Stéréo, les autres sont en Mono quand le temple de 15 salles à côté propose un son haute définition (dont 14 DTS).

L’UGC Orient-Express : obsolescence programmée

Le cinéma l’UGC Orient-Express, son nouveau nom après quelques temps, devient progressivement obsolète dans la politique d’UGC axée sur l’ouverture de multiplexe Ciné Cité. Malgré quelques travaux, le passage au numérique et à la 3D relief implique des décisions couteuses. La société du 24 avenue de Charles de Gaulle ferme officiellement le site le mardi 21 janvier 2014. Les spectateurs ne regretteront pas le lieu au format étriqué, loin du confort visuel des écrans XXL qui se développent. Pourtant les entrées sont loin d’être mauvaises et la carte illimitée permet aux téméraires d’aller voir Torque, Vendredi 13 (le remake) et autres recalés du Ciné Cité Les Halles sans avoir à dépenser un centime pour des plaisirs coupables..

L’UGC Ciné Cité les Halles compenseront cette mise à mort par l’ouverture de 8 écrans supplémentaires aux normes techniques que l’Orient Express n’a jamais eues. Des générations de cinéphiles s’y pressent, avec un engouement qui n’a jamais diminué, sauf depuis la crise de la Covid-19 qui a changé la donne. Désormais, l’époque du Forum Orient-Express, à l’ère de Netflix et de la désaffection du public pour les cinémas, nous paraît effectivement d’un autre siècle. Pourtant, c’était hier.

Frédéric Mignard

Les salles de cinéma sur CinéDweller

Pour en savoir plus sur toutes les salles de cinéma de France, une visite s’impose sur l’incontournable Salles de Cinéma.com.

x