Vernon Wells

Acteur
Le matraqueur des rues, affiche du film de Damien Lee, exclusivité CinéDweller

Personal Info

  • Nationalité : Australien
  • Date de naissance : 31 décembre 1945, Rushworth, Victoria (Australie)

Biographie

Note des spectateurs :

Vernon Wells, acteur australien spécialisé dans la série B, est une icone pour les fans de Mad Max. Il compte plus de 200 films à son actif et, à plus de 70 ans, multiplie les projets par dizaines.

Motard et punk hardcore dans Mad Max 2, taré prêt à dézinguer Mel Gibson, Vernon Wells connaît une notoriété immédiate avec le rôle de folie de Wez qui marque l’histoire du cinéma d’action. C’est son premier personnage de cinéma après 5 ans de télévision dans différentes séries.

Si il poursuit une carrière à la télévision australienne entre 1981 et 1984, son apparition bad-ass légendaire dans le classique de George Miller va définir sa carrière musclée, dans des rôles sportifs, militaires, ou d’ordures patibulaires.

Entre 1985 et 1992, on le retrouve dans pas moins de 7 longs métrages qui sortiront dans nos salles, dont Commando de Mark L. Lester dans lequel il essaie cette fois-ci de buter Arnold Schwarzenegger qui l’a casté lui-même ; Une créature de rêve de John Hugues, où il revient en punk, dans un rôle hilarant en forme de clin d’œil à Mad Max 2 ; L’aventure intérieure de Joe Dante où une fois de plus il dépote, mais aussi la comédie en costume de Blake Edwards, Meurtres à Hollywood, dans laquelle il s’en prend cette fois-ci à Bruce Willis, et Fortress de Stuart Gordon, science-fiction carcérale par de-là les étoiles. Vernon Wells retrouvera le réalisateur de Reanimator pour une comédie de S.F., Space Truckers, avec Dennis Hopper, Debi Mazar et Stephen Dorff. Du pur B-movie.

En 1987, Damian Lee lui propose le rôle principal du Matraqueur des rues, une première dans sa carrière qui sera vouée à l’échec et à une sortie en catimini. Il y met en avant des capacités sportives de boxeur. On ne le verra en France qu’en 1990, année où il tourne pour Ringo Lam, aux côtés de Olivia Hussey, dans Guerre non déclarée.

Le matraqueur des rues, affiche du film de Damien Lee, exclusivité CinéDweller

Illustration : 1990 Mascii

Entre temps, Vernon Wells va s’enfoncer peu à peu dans les produits vidéo musclés. La partita, comédie en costume de Carlo Vanzina, avec Matthew Modine, Faye Dunaway, Jennifer Beals et Corinne Cléry, est une exception. Les amateurs de séries B lui préfèreront American Eagle avec Asha Brauner, Nam Angels (des motards au Vietnam !), le film de crocodile Enemy Unseen, la comédie de S.F. cool Circuitry Man (1990) et sa suite en 1994.

Dans les années 90, ses films sont de plus en plus improbables et la plupart ne sortiront même pas en VHS en France (Manosaurus, « Half Human, Half Dinosaur, All Nightmare !).

En 2001, il trouve sa place dans la série Power Rangers Time Force. Il y joue Ransik ; le délire kitsch relance considérablement sa carrière. Il retrouve d’ailleurs Joe Dante pour les Looney Tunes: Back in action, en 2003, mais la comédie mi-live mi-animée, avec Brendan Fraser est un échec.

Undeclared War, affiche

Guerre non déclarée de Ringo Lam © Cinema Capital Entertainments LTD. All Rights Reserved

Vernon Wells devient alors la gueule de série Z nanardesque à embaucher dans son petit micro-budget pour le câble ou le secteur de la vidéo. Plus de 150 rôles l’attendent dans des projets aux titres hallucinants dont on se contentera de découvrir très souvent les visuels publicitaires pour se faire une idée : Blood Ranch, Curse of Pirate Death, Revamped, Green Street Hooligans 2, Silent Night Zombie Night, The Dead Undead, 100 000 Zombie Heads, Jurassic City, Jurassic Attack, Black Asylum, Cowboys vs Dinosaurs, Western X, Transmutation : Deep Water Horizon, Death House, Camp Twilight, Thor : God of Thunder

En 2020, le Suédois Titus Paar, qui a déjà dirigé Steven Seagal à ses côtés dans The Perfect Weapon (2016), lui vaut l’une de ses meilleures composition dans le court métrage de 18 min Fear of the Woods, The Beginning. Du tout bon ! Vernon Wells s’étonne lui-même de sa performance.

Vernon Wells, les 75 ans passés, admet en 2022 aligner plus de films en trois ans que la plupart des acteurs sur toute leur carrière. Plus que jamais, il est sur les starting-blocks. Trente nanars sont en préproduction ou post-production pour 2022 et 2023, dont Werewolf Cabal de Chris Sanders.

Toujours disponible auprès des bloggeurs américains, cette personnalité iconique est un bonheur pour les enfants des années 90 nourris au style télévisuel et pour ceux des années 80, biberonnés à la testostérone de l’époque.

Frédéric Mignard

In search of Tomorrow, affiche du documentaire sur Vernon Wells

© All Rights Reserved.

Filmographie

x