Bourvil

Acteur
Un drôle de paroissien, l'affiche

Personal Info

  • Nationalité : Français
  • Date de naissance : 25 juillet 1917 à Prétot-Vicquemare (France)
  • Date de décès : 23 septembre 1970 à Paris (France)
  • Crédit visuel : © 1963 A.T.I.C.A. - Corflor - Le Film d'Art- Société Nouvelle de Cinématographie (SNC) / Illustrateur : Clément Hurel. Tous droits réservés.

Biographie

Note des spectateurs :

Bourvil fut l’un des acteurs les plus populaires du cinéma français des années 50 et 60. Il a connu ses meilleurs rôles avec Autant-Lara et Melville, et reste associé aux comédies de Oury et Mocky.

Du comique normand au vedettariat

Acteur, chanteur et humoriste français, Bourvil est tout d’abord musicien et chanteur de music-hall au début des années 40. Il crée son personnage de paysan normand naïf et triomphe dès 1946 avec la chanson Les crayons, suivie de près par A bicyclette en 1947. Par la suite, il ne cessera jamais cette activité et livre encore un classique de la chanson comique avec La tactique du gendarme (1950).

A partir de 1947, il reprend son personnage de benêt au cinéma et connaît un triomphe immédiat avec Pas si bête (Berthomieu, 1947) qui pousse plus de 6 millions de Français dans les salles. L’acteur aura d’ailleurs pour habitude de rarement descendre en-dessous de la barre des 2 millions d’entrées, faisant de lui l’une des valeurs les plus sûres du box-office national.

Parmi ses films les plus marquants, on peut citer notamment Garou-garou, le passe-muraille (Boyer, 1951) et Cadet Rousselle (Hunebelle, 1954).

Bourvil impérial, de la comédie au drame

A partir du milieu des années 50, il cherche à diversifier ses emplois et tourne dans des œuvres plus ambitieuses, parfois même dramatiques, où il s’avère poignant. On citera par exemple La traversée de Paris (Autant-Lara, 1956), Les misérables (Le Chanois, 1958), Le miroir à deux faces (Cayatte, 1958), La jument verte (Autant-Lara, 1959) et Fortunat (Joffé, 1960).

Dans les années 60, Bourvil revient fréquemment à la comédie, plus élaborée, et triomphe dans des classiques comme Un drôle de paroissien (Mocky, 1963), La cuisine au beurre (Grangier, 1963), Le corniaud (Oury, 1965). Et il atteint le firmament avec le triomphe absolu de La grande vadrouille (Oury, 1966).

Bourvil enchaîne avec d’autres succès dont La grande lessive (Mocky, 1968), Le cerveau (Oury, 1969), Le mur de l’Atlantique (Camus, 1970). Il termine sa carrière sur un rôle dramatique impressionnant dans Le cercle rouge (1970), chef-d’œuvre de Jean-Pierre Melville, avant de s’éteindre des suites d’un cancer de la moelle osseuse à l’âge de 53 ans.

André Bourvil restera comme l’un des artistes les plus appréciés des Français.

Virgile Dumez

Trailers & Videos

x
Un drôle de paroissien, l'affiche

Bande-annonce de

Acteur

Bande-annonce de Le cerveau

Bande-annonce de Le corniaud

Bande-annonce de La grande vadrouille

Bande-annonce de Un drôle de paroissien

x