Alex de la Iglesia

Réalisateur, Scénariste, Producteur
Le Crime Farpait, le film culte d'Alex de la Iglesia en affiche

Personal Info

  • Nationalité : Espagnol
  • Date de naissance : 4 décembre 1965, à Bilbao (Espagne)
  • Crédits photos : Le Crime Farpait © Panico Films, Sogecine et Planet Pictures 2004. Tous droits réservés. Design : La Fabrique de Films 2005

Biographie

Note des spectateurs :

Alex de la Iglesia est un cinéaste espagnol spécialisé dans le cinéma de genre. A la mode pendant vingt ans en France, dans les années 90 et 2000, l’auteur déjanté ne réussit plus à percer en dehors de l’Espagne, après l’échec de Crimes à Oxford, en 2010.

Il se fait remarquer dès son premier long métrage, Action mutante, sélectionné en France à Avoriaz en 1993. Le film remporte trois Goyas. Cet électron libre de science-fiction horrifique est suivi de la comédie trash et sataniste, Le jour de la bête, gros succès en Espagne qui remporte le Grand Prix du Jury au festival du film fantastique de Gérardmer, en 1996, alors appelé Fantastic’Arts.

Ce succès lui permet de s’exporter aux États-Unis avec un road movie proche de l’univers de Tarantino et de Robert Rodriguez, dans l’esprit des Grindhouse movies, Perdita Durango. Le personnage joué par Rosie Perez, face à Javier Bardem, était interprété par Isabella Rossellini, de Sailor et Lula de David Lynch, Palme d’or à Cannes, en 1990. Perdita Durango est un échec artistique et commercial.

Alex de la Iglesia rentre en Europe où il tourne Mort de rire, avec son acteur fétiche, Santiago Segura, qu’il retrouvait après Le jour de la bête. Le film est une réussite, mais sortira directement en DVD en France.

Le jour de la bête logo

© Design : La boîtes à Lettres – © 1997 Andres Vincente Gomez pour Sogetel/Iberoamericana © CTV International. Tous droits réservés.

Alex de la Iglesia, réalisateur à la mode

En France, il faudra attendre la comédie noire Mes chers voisins (2001), avec la truculente Carmen Maura, pour que le cinéaste remporte son premier petit succès, avec plus de 100 000 spectateurs en période estivale et un bon bouche-à-oreille. Maura remportera un Goya mérité comme Meilleure actrice.

Alex de la Iglesia la retrouve en 2003 dans 800 Balles, un hommage au western sorti dans 23 salles par La Fabrique de films, petit distributeur indépendant spécialisé dans le cinéma de genre. Avec 10 000 entrées, le film est un échec dans l’Hexagone.

Heureusement, en 2004, l’auteur connaît un magnifique succès avec Le Crime Farpait comédie bête et méchante, à la John Waters, totalement réjouissante, qui permet, en 2005, à la Fabrique de se développer. Cette fausse romance, noire et trash, flirte avec les 150 000 curieux, ce qui est alors un score élevé pour une production espagnole hors des productions de Pedro Almodovar. Le Crime Farpait est distingué au festival du film policier de Cognac, remplacé depuis par le festival de Beaune.

En 2008, alors que La Fabrique de Films connaît de graves difficultés financières et renaît sous le nom de La Fabrique 2, le distributeur propose en salle Crimes à Oxford, un thriller en anglais, avec Elijah Wood, acteur star de la trilogie du Seigneur des anneaux. Avec 300 000 entrées, le film n’est pas à la hauteur des attentes. Les critiques trouvent le film plat. Les spectateurs aussi. Ce n’est pas du Álex de la Iglesia dans le ton et la saveur.

Une mauvaise passe en France

Dans les années 2000, le trublion du mauvais goût perd sa popularité en France. Les clowns tristes de Balada Triste font salles vides (50 000), même si Venise avait octroyé le Lion d’Argent du meilleur réalisateur au cinéaste très inspiré.

Un jour de chance est à peine distribué en 2012 (2 531 spectateurs dans 24 cinémas), malgré la présence de Salma Hayek en haut de l’affiche.

En revenant au cinéma d’épouvante avec la comédie lugubre, Les sorcières de Zugarramurdi, Alex de la Iglesia ne gagne pas l’adhésion d’un public fidèle. Ses retrouvailles avec Carmen Maura réalisent moins de 40 000 spectateurs, malgré une combinaison de 82 écrans et un certain écho médiatique. Au moins, l’Espagne en fait un beau succès et remportera 7 Goyas techniques et celui du meilleur second rôle féminin.

 

Alex de la Iglesia perd de vue les grands écrans français

Moins connu en France, en 2015 Mi gran noche ne trouve pas de distributeur sur le sol français. Pris au piège sortira lui directement en DVD et sur Netflix, malgré de belles qualités. En 2017, son remake de la comédie italienne Perfetti Sconoscluti ne trouve pas de réponse chez nous : et pour cause, Fred Cavayé réalisera son propre remake du film italien, à savoir Le jeu.

Enfin, en 2020, le cinéaste déjanté se tourne vers la télé et réalise les 8 épisodes de la série 30 Monedas.

On notera dans son impressionnante carrière sa participation au pendant ibérique des Masters of horror, Peliculas para no dormir. Il réalise La chambre du fils en 2006 : un segment plutôt abouti, qui sort en DVD. Enfin, il a réalisé un documentaire sur Lionel Messi à la gloire du joueur de football : Messi (2004) n’a pas été exploité en France sur le grand écran et sera édité par Koba en vidéo.

A quand un revival pour ce grand auteur quelque peu oublié par les cinéphiles français ?

Frédéric Mignard

Filmographie :

1992 : Action mutante (Acción mutante)
1996 : Le Jour de la bête (El día de la bestia)
1997 : Perdita Durango
1999 : Mort de rire (Muertos de risa)
2000 : Mes chers voisins (La comunidad)
2002 : 800 balles (800 balas)
2004 : Le Crime farpait (Crimen ferpecto)
2006 : La Chambre du fils (La habitación del niño) (sortie vidéo)
2008 : Crimes à Oxford (The Oxford Murders)
2010 : Balada triste (Balada triste de trompeta)
2012 : Un Jour de Chance (La chispa de la Vida)
2013 : Les Sorcières de Zugarramurdi (Las brujas de Zugarramurdi )
2014 : Messi (film)
2015 : Mi gran noche
2017 : Pris au piège (El bar)
2017 : Perfectos desconocidos (inédit)

x