Adèle Haenel

Actrice
Adèle Haenel dans Portrait de la jeune fille en feu

Personal Info

  • Nationalité : Française
  • Date de naissance : 1er janvier 1989 à Paris (France)
  • Crédit visuel : © Pyramide Films

Biographie

Note des spectateurs :

Révélée par Christophe Ruggia et Céline Sciamma, Adèle Haenel est la muse d’un certain cinéma d’auteur français. Elle est lauréate de deux César.

Adèle Haenel est révélée dans Les Diables (2002) de Christophe Ruggia, où elle partage l’affiche avec Vincent Rottiers. Mais c’est Naissance des pieuvres (2007) le premier long métrage de Céline Sciamma, qui élargit son audience. Elle devient alors la muse d’un certain cinéma d’auteur. L’actrice fait partie des pensionnaires de L’Apollonide (Souvenirs de la maison close) de Bertrand Bonello (2011) et participe la même année au film choral Après le sud de Jean-Jacques Jauffret.

En 2012, elle donne la réplique à Pio Marmaï dans Alya d’Elie Wajeman, et à Raphaël Personnaz dans Trois mondes de Catherine Corsini. Et on la voit au Festival d’Avignon dans la Cour d’honneur du Palais des papes, pour une adaptation d’avant-garde de La Mouette, de Tchekhov, mis en scène par Arthur Nauzyciel. En 2013, elle interprète la sœur de Suzanne (jouée par Sara Forestier) dans le second long métrage de Katell Quillévéré, une prestation qui lui vaut le César de la meilleure actrice dans un second rôle.

En 2014, elle est à l’affiche de deux œuvres. L’Homme qu’on aimait trop, d’André Téchiné, la met dans la peau d’Agnès Le Roux, l’héritière de casino niçoise. Tandis que Les Combattants, premier long métrage de Thomas Cailley, la montre dans un registre plus léger. Le film lui vaut le César de la meilleure actrice. Adèle Haenel alterne ensuite premiers et seconds rôles : médecin face à un cas de conscience dans La Fille inconnue (2016) des frères Dardenne, militante associative dans 120 battements par minute (2017) de Robin Campillo, inspectrice de police dans la comédie En liberté ! (2018) de Pierre Salvadori.

Au Festival de Cannes 2019, Adèle Haenel est à l’affiche du romanesque Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma (Prix du scénario), et du très décalé Le Daim de Quentin Dupieux, en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs.

Gérard Crespo

 

 

 

 

x