Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Acteur et réalisateur américain, John Saxon est un important second rôle du cinéma international, comptant près de deux cents films, séries et téléfilms à son compteur.

De Hollywood au cinéma de genre italien

Il naît dans une famille italo-américaine, ce qui lui permet de maîtriser l’italien, langue qui lui sera utile dans sa carrière.

John Saxon débute très jeune au cinéma dès le milieu des années 50. Il tourne notamment dans Le démon de midi (Blake Edwards, 1958), Qu’est-ce que maman comprend à l’amour ? (Vincente Minnelli, 1958), Le vent de la plaine (John Huston, 1960), La fille qui en savait trop (Mario Bava, 1963) ou encore Joe Kidd (John Sturges, 1972). Malgré de bonnes prestations, sa carrière ne décolle jamais vraiment.

Mais John Saxon est repéré dans Opération dragon (Robert Clouse, 1973) qui connaît un succès international grâce à Bruce Lee, ce qui lui ouvre les portes des studios italiens. On le retrouve alors sous la direction d’Umberto Lenzi, dans S.O.S Jaguar : Opération casseurs (1976) et Le cynique, l’infâme et le violent (1977). Il est ensuite à l’affiche de  Pulsions cannibales (1980) d’Antonio Margheriti et Ténèbres (1982) de Dario Argento, ainsi que Crime au cimetière étrusque (1982) et Atomic Cyborg (1986) de Sergio Martino.

Affiche de Melki de Freddy 3 les Griffes du CAUCHEMAR

(C) Melki 1987

John Saxon, une carrière prolifique

Il continue parallèlement une carrière aux Etats-Unis où il tourne pour Wes Craven dans Les griffes de la nuit (1984) et Freddy sort de la nuit (1995).

On le revoit également dans Les griffes du cauchemar (Chuck Russell, 1988), Le flic de Beverly Hills 3 (John Landis, 1994) et Une nuit en enfer (Robert Rodriguez, 1996).

À partir des années 2000, John Saxon anime un nombre conséquent de séries B américaines, souvent vouées au marché vidéo.

Notons qu’il a aussi réalisé un long métrage, Death House (1988), film d’horreur et de science-fiction.

John Saxon a été en activité jusqu’à sa mort, le 25 juillet 2020, à l’âge de 83 ans.

Virgile Dumez