Box-office USA, Bad Boys for Life : Enorme succès pour le grand retour de Will Smith dans un blockbuster que le public aime.

Le revival de Bad Boys est surtout celui de Will Smith

Avec 68M$, Bad Boys for Life est un énorme succès pour Sony, déjà heureux des résultats récents du reboot de Jumanji (The Next Level , increbable, fonce sur les 300M$ aux USA).

BBFL contredit la tendance des revivals années 90 ratés (Men in black International…). La troisième réunion de Will Smith avec Martin Lawrence, 25 ans après le premier film de Michael Bay, est surtout pour la star des années 90, l’occasion de confirmer après les bons chiffres d’Aladdin en 2019. Le film des deux Belges, Adil El Arbi et Bilall Fallah, est celui des trois épisodes qui bénéficie des meilleures critiques étasuniennes. C’est également un beau coup pour le transfuge d’High School Musical, Vanessa Hudgens, qui n’a jamais réussi à être une actrice à part entière, hors petit écran. C’est par ailleurs le meilleur démarrage pour un film de cette franchise, le meilleur opening pour un film avec Martin Lawrence et le second meilleur début pour le Martin Luther King week-end. Un quatrième épisode de Bad Boys est déjà sur les rails.

Robert Downey Jr. incapable d’ouvrir un film

Après Cats, Universal connaît un second bide avec Dolittle. Ce nouveau remake du Docteur Dolittle, qui évoque les nanars avec Eddie Murphy, s’en prend plein la poire avec 22M$ pour son week-end d’investiture. Un désastre pour une production budgétée à 175M$. Confier un rôle principal à Robert Downey Jr. était une erreur. Hors Iron Man/Avengers et Sherlock Holmes, l’acteur est laborieux. Sa carrière entière a été caractérisée par des échecs en série. Le comédien n’existe qu’à travers deux rôles, toute tentative de le faire exister en dehors est bien vaine.

Star Wars Episode 9 est dans la honte

Au moins, pour ne pas trop grimacer, Universal peut compter sur la brillante carrière de 1917, toujours au-dessus des 20M$ et en 3e position. Le film à Oscars de Sam Mendes a d’ores et déjà assuré 76M$ au studio. Cela n’essuiera pas l’ardoise de Dolittle, mais l’international et la perspective des Oscars devraient éponger une partie des dettes.

Honte à Star Wars, touojurs sous la barre des 500M$ à l’issue de son 5e week-end. Il faudra pour Disney essayer de tirer des leçons sur cette aventure. Un chapitre final se doit toujours d’être au-dessus des autres épisodes (voir le final d’Harry Potter) et là, on en est loin. Plusieurs générations semblent avoir divorcé avec la série de leur enfance.

Objectif 50M$ pour Parasite, bide total pour Les Misérables

Superbe continuation pour A couteaux tirés qui ne perd que 24% de ses recettes pour son 8e week-end. C’est le sleeper de ce début d’année, avec 145M$.

Parasite explose après les Globes et voit ses recettes gonfler de 83% grâce à une combinaison de 498 salles supplémentaires. Avec 1 745 000 ce week-end, la satire sud-coréenne a déjà encaissé 27M$. Réussira-t-elle à tenir jusqu’aux 50 millions grâce aux Oscars?

Lire aussi : box-office américain, week-end du 10 au 12 janvier 2020

Très gros échecs en revanche pour Les Misérables qui confirme pour son second week-end le désintérêt total du public pour son histoire : 66 000$ dans 42 salles, c’est très mauvais, pour une œuvre dite de prestige qui bénéficie d’un beau prix à Cannes, d’un succès étranger et d’une nomination aux Oscars.

Frédéric Mignard