Note des lecteurs

A l’occasion du nouveau clip de Louis Arlette, La discorde, ode poétique à l’heroic fantasy épurée, l’on revient sur le second et excellent album de l’artiste, Des ruines et des poèmes, à la douceur exquise.

2018, Louis Arlette propose son premier album, Sourire Carnivore. Avec promesse, il pose sa voix rebelle, quelque part entre Saez pour le rock, et Sirkis pour la pop. Ce dernier, grand gourou d’Indochine, est de nouveau symboliquement présent sur ce deuxième voyage dans les mélodies pop-rock de ce second opus notamment dans les morceaux Médecine, Je suis un soir d’été ou Semence, deuxième morceau qui enchaîne après La discorde, le single éponyme tonitruant qui’impose Louis Arlette comme l’un des mélodistes hargneux de cette année.

Son projet de quatorze titres est ambitieux, d’une cohérence formidable, celle d’une dystopie « de ruines et de poésies », puisque de « la discorde » du premier titre, l’on finit avec le requiem du Refuge, morceau de boucles et de sons aux effluves testamentaires d’un morceau de Philip Glaas. Le nihilisme se retrouve tout au long de ce projet sombre, comme dans Hécatombe, toujours très Indoch’, mais aussi cousin français de Depeche Mode. Cette remarque est également parfaitement appropriée pour décrire les émotions ressenties sur le titre exaltant Khéops et son trip à travers les millénaires, ou La carence.

Beaucoup plus abouti que Sourire carnivore qui comportait toutefois son lot de très bons morceaux, La Discorde pâtit peut-être d’un manque de discordances sur son chemin. Les morceaux ne dépassent qu’une seule fois les 4 minutes ne laissant pas à la musique le temps d’exprimer ses idées à travers quelques passages instrumentaux, alors que chaque titre s’accorde parfaitement à être étirée vers quelques moments extatiques. En ôtant quelques titres un peu redondants, et notamment le franchement raté Jamais, dont les lyrics amers ne passent pas, et en ajoutant ici-et-là quelques petites minutes pour donner à l’excellence la possibilité d’aller vers la transcendance, on aurait jubilé.

En l’état, Des ruines et des poèmes n’en demeure pas moins un album solide qui mérite le stream.

Louis Arlette sera au Café de la Danse, à Paris, le 12 septembre prochain.

Louis Arlette au Café de la Danse
Louis Arlette en concert à Paris le 12 septembre 2019