Note des lecteurs

Retour sur une conférence de presse très attendue.

Ambiance studieuse et détendue dans la salle Pierre-Charles Krieg du conseil régional d’île de France. Les journalistes de toutes les crémeries s’installent sur les petites chaises pliantes disposées là, patientant en jetant des coups d’œil sur la petite estrade toujours vide et les quelques photographes qui vont et viennent et testent leurs appareils en attendant quelques chose d’intéressant à se mettre sous l’objectif.

Et puis soudain, le fond de la salle devient le pôle d’attraction temporaire à mesure que les protagonistes principaux se glissent en file indienne entre deux rangées.

Stars politiques et historique

Il y a là Valérie Pécresse, présidente de la région île de France qui est le principal partenaire du festival depuis le début ; Sébastien Folin, paré pour l’occasion d’une magnifique veste léopard, administrateur de l’association Solidarité Sida depuis 2008 et président du Fonds Solidarité Sida Afrique, présent sur le festival ; évidemment Luc Barruet, le fondateur de Solidays et enfin Mc Solaar, l’icône du rap français des années 90 et parrain « de cœur » de Solidays.

Il ne manque qu’Antoine de Caunes, président d’honneur. Le chanceux étant bloqué en Corse par un tournage plus long que prévu de sa délicieuse « Gaule d’Antoine », il est excusé par l’assistance.

La conférence est l’occasion de rappeler le succès de la dernière édition, celle du 20ème anniversaire, record du nombre de festivaliers avec 212000 amateurs. Attention, il risque d’être battu cette année, et le festival affichera complet, à l’heure où nous écrivons ces lignes, dès la semaine prochaine.

Programme : Macklemore, Parov Stelar, NTM…

Comme chaque année, Solidays s’enorgueillit d’un bel éclectisme, avec à l’affiche la belge Angèle et son mix pop-rap ; la star du rap US Macklemore; l’électro swing de Parov Stelar, l’électro trash hip hop Die Antwoord ou encore la légende française du rap Suprême NTM. On citera aussi Thérapie Taxi, Corine, Angèle, Parcels, The Blaze, Cléa Vincent, Lomepal, Kiddy Smile… et bien d’autres encore.

Programme à consulter ici

Nique le sida

Mais l’importance du festival, c’est le vecteur qu’il est depuis toujours d’une importante sensibilisation sur le virus du Sida, dont on parle de moins en moins – en partie parce qu’il tue moins et que le traitement du VIH est moins lourd – mais qui contamine toujours de 6000 à 7000 personnes par an, avec une estimation de 27000 contaminées qui l’ignorent toujours. De l’importance du dépistage, que le festival organisait aussi dans son enceinte.

Au niveau mondial, c’est 37 millions de porteurs du virus, avec 40% des malades qui n’ont pas accès au traitement. À savoir qu’en France, c’est justement la région île de France qui est la plus touchée.

En plus de Solidarité Sida, de nombreuses associations seront présentes pour sensibiliser le festivalier sur d’autres combats tout aussi importants. Organisées en stand dans le Village ou en prises de parole sur les grandes scènes, entre deux concerts.

Entre deux concerts, Zep, Yann Arthus-Bertrand, Toledano et Nakache

Le Social Club affichera un programme de conférences chargé, sur différents sujets brûlants tels que l’environnement, les violences faites aux femmes, les droits des femmes ou le cyber-harcèlement. Zep viendra présenter sa bande-dessinée Happy Sex 2, Yann Arthus-Bertrand une exposition, enfin Eric Toledano et Olivier Nakache parleront de leur dernier film, Hors Normes, afin d’évoquer l’autisme.

Solidays 2019, du 21 au 23 juin

La célébration annuelle s’annonce comme une nouvelle fête fédératrice et un espace de partage populaire toujours tourné vers l’élévation des consciences. Avec une politique tarifaire tournée du mieux possible vers les moins nantis, ce festival indépendant – rarissime pour l’ampleur – résiste encore et toujours aux mastodontes français du genre. Il le mérite.

Le site officiel : ici

Article de Franck Lalieux