Jack Lemmon

Acteur
Affiche de Certains l'aiment chaud de Billy Wilder

Personal Info

  • Nationalité : Américain
  • Date de naissance : 8 février 1925 à Newton, Massachusetts (États-Unis)
  • Date de décès : 27 juin 2001 à Los Angeles, Californie (États-Unis)
  • Crédit visuels : Crédit affiche : © Park Circus / Crédit photo : © Metro Goldwyn Mayer. Tous droits réservés.

Biographie

Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Jack Lemmon a été l’un des piliers de la comédie américaine, trouvant ses meilleurs rôles avec Billy Wilder qui l’a notamment dirigé dans Certains l’aiment chaud (1959) et La garçonnière (1960). Par la suite, il s’est aussi illustré dans un registre dramatique, avec Le syndrome chinois (1979) de James Bridges ou Missing (1982) de Costa-Gavras, deux films qui lui vaudront des prix d’interprétation au Festival de Cannes.

Il a également collaboré avec Blake Edwards, Richard Quine, Ettore Scola, Robert Altman…

Jack Lemmon a remporté deux Oscars : meilleur acteur dans un second rôle pour Permission jusqu’à l’aube (1955) de John Ford et Mervyn LeRoy, et meilleur acteur pour Sauvez le tigre (1973) de John G. Avildsen.

L’acteur culte de Billy Wilder

Jack Lemmon débute au cinéma en 1950. Au cours de cette décennie, il est au générique de films signés George Cukor, H.C. Potter, Dick Powell, Robert Parrish ou Delmer Daves. L’année 1955 le voit tourner avec Ford mais aussi Richard Quine, qui révèle un excellent acteur de comédie dans Ma sœur est du tonnerre. Il retrouve le cinéaste avec d’autres films dont la délicieuse comédie fantastique L’adorable voisine (1958), aux côtés de James Stewart et Kim Novak. Mais c’est surtout  Billy Wilder qui va mettre en avant le génie comique de Jack Lemmon. Il est désopilant en musicien travesti dans Certains l’aiment chaud (1959), dont il partage l’affiche avec Marilyn Monroe et Tony Curtis.

Il est nommé à l’Oscar du meilleur acteur pour ce rôle, et le sera aussi pour celui de l’employé d’assurance dans La garçonnière (1960), où il a pour partenaire Shirley MacLaine. La collaboration entre Lemmon et Wilder au cours de la décennie se poursuivra Irma la Douce (1963) et La grande combine (1966), où il est associé à Walter Matthau. En ces années 60 où il tourne une dizaine d’autres films, Jack Lemmon montre aussi une disposition pour le drame, alcoolique mondain dans Le jour des vins et des roses (1962) de Blake Edwards, un rôle qui le voit à nouveau nommé à l’Oscar. Gene Saks, David Swift et Stuart Rosensberg sont les autres réalisateurs qui font appel à son talent.

Jack Lemmon, acteur génial dans la comédie et le drame

Dans les années 70, Jack Lemmon retrouve Billy Wilder dans la sublime comédie Avanti ! (1972), où il campe un Américain venu en Italie récupérer le corps de son père, époux volage. Le cinéaste et l’acteur se revoient avec Spéciale première, où Lemmon est dans la peau d’un journaliste menant un reportage sur une condamnation à mort. Souhaitant renouer avec le registre dramatique, Jack Lemmon termine la décennie en chef d’équipe de centrale nucléaire dans Le syndrome chinois (1979), thriller de James Bridges qui lui vaut tous les éloges, un prix d’interprétation à Cannes et une nomination à l’Oscar. Le comédien impressionne également en homme d’affaires enquêtant sur la disparition de son fils dans Missing (1982) de Costa-Gavras. Là encore, un prix du meilleur acteur à Cannes et une citation à l’Oscar confirment sa réputation.

Par la suite, Il s’adapte à la comédie italienne, partenaire de Mastroianni dans Macaroni (1985) d’Ettore Scola, et donne dans la veine semi-mélancolique dans le méconnu That’s Life (1986) de Blake Edwards, avec Julie Andrews. Le mélange de gravité et de légèreté est d’ailleurs ce qui sied le mieux à Lemmon, dont il faudrait peut-être redécouvrir son interprétation d’un vétéran du spectacle dans Un fils pour l’été (1980) de Bob Clark, pour lequel il fut nommé à l’Oscar. Dans les années 90, Jack Lemmon est récompensé au Festival de Venise pour son rôle dans le film policier Glengarry (1992) de James Foley, mais les cinéphiles le remarquent surtout dans les castings choraux de Robert Altman avec The Player (1992) et Short Cuts (1994). On le voit aussi dans JFK (1991) d’Oliver Stone et Hamlet (1996) de Kenneth Branagh. Jack Lemmon a un dernier rôle avec La légende de Bagger Vance (2000) de Robert Redford.

Gérard Crespo

 

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
Affiche de Certains l'aiment chaud de Billy Wilder

Bande-annonce de Missing

Acteur

Bande-annonce de La Garçonnière

x