Ally Sheedy

Actrice, Ecrivaine
The Breakfast Club, affiche américaine

Personal Info

  • Nationalité : Américaine
  • Date de naissance : 13 juin 1962 à New York City (USA)
  • Crédits visuel : Affiche américaine de The Breakfast Club - Design Seiniger Advertising

Biographie

Note des spectateurs :

Actrice et écrivaine américaine, Ally Sheedy commence par apprendre la danse, mais elle se fait connaître aux Etats-Unis en tant qu’écrivaine à l’âge de 12 ans. Elle a écrit un conte pour enfants qui est publié et rencontre un énorme succès de librairie. Par la suite, elle s’oriente plutôt vers la comédie en tournant des téléfilms et des séries.

Ally Sheedy, révélation des années 80

Elle a 21 ans lorsqu’elle décroche le rôle de la petite amie violée de Sean Penn dans Bad Boys, les mauvais garçons (Rosenthal, 1983). Ally Sheedy fait ensuite partie du Brat Pack, ces jeunes espoirs du cinéma américain du début des années 80. Elle marque les esprits dans WarGames (Badham, 1983) avec Matthew Broderick et Oxford Blues (Boris, 1984) avec Rob Lowe. Toutefois, c’est l’année 1985 qui représente le sommet de sa popularité grâce à ses rôles dans Breakfast Club (Hughes, 1985) et St Elmo’s Fire (Schumacher, 1985). La même année, on la voit aussi dans Soleil d’automne (Yorkin). Elle obtient le rôle principal de Short Circuit (Badham, 1986) qui rencontre un beau succès. Elle enchaîne en vedette dans la comédie Miracle à Beverly Hills (Jones, 1987).

Le difficile tournant des années 90

Puis, elle semble avoir du mal à sortir des emplois habituels et joue dans Les années copain (Davidson, 1989) qui est un gros échec commercial. On la retrouve en tête d’affiche de Visions en direct (O’Bannon, 1990), et dans un rôle plus secondaire dans Ta mère ou moi ! (Columbus, 1991). Columbus la dirige à nouveau dans Maman, j’ai encore raté l’avion (1992), mais elle est peu à peu happée par la télévision. On la revoit au cinéma dans Max, le meilleur ami de l’homme (Lafia, 1993) et elle enchaîne ensuite les productions de seconde zone, tandis qu’elle lutte contre une dépendance aux somnifères.

Elle revient en pleine forme dans le joli film lesbien High Art (Cholodenko, 1998) et va continuer ensuite à alterner rôles à la télévision et petites productions indépendantes. On peut citer Sugar Town (Anders, Voss, 1999), Life During Wartime (Solondz, 2009) et Welcome to the Rileys (Scott, 2010). Elle fait également une courte incursion dans un univers qui lui est globalement étranger en jouant dans X-Men : Apocalypse (Singer, 2016).

Virgile Dumez

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
The Breakfast Club, affiche américaine

Bande-annonce de Bad Boys, les mauvais garçons (VO)

Actrice, Ecrivaine

x