John Travolta

Acteur, Danseur, Chanteur
John Travolta dans Coeurs perdus de Todd Robinson

Personal Info

  • Nationalité : Américain
  • Date de naissance : 18 février 1954 à Englewood, New Jersey (États-Unis)
  • Crédit visuel : Copyright Metropolitan FilmExport

Biographie

Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Icône du disco et interprète culte de Tarantino, John Travolta a eu une carrière cinématographique inégale mais a su préserver son statut de star.

« Summer lovin’ had me a blast Summer lovin’ happened so fast »

Chanteur, danseur et acteur, John Travolta débute au cinéma au milieu des années 70 et se fait remarquer dans le rôle d’un des lycéens à l’origine des tourments de Carrie au bal du diable (1976) de Brian De Palma.

Mais la vogue de la musique disco qu’il contribue à promouvoir lui vaut un triomphe international avec La Fièvre du samedi soir (1977) de John Badham et Grease (1978) de John Badham.

Dans le premier film, il incarne Tony Manero, un jeune new-yorkais désireux de connaître la gloire en passant par le club 2001, l’espace de son odyssée. Le mythe de l’Italo-américain prêt à tout pour échapper à sa destinée sociale fragile est traité au départ sur le mode d’une comédie familiale qui devient plus cruelle au fil des séquences.

Le second, adapté d’une comédie musicale de Broadway, est emblématique d’une époque, et nombre d’anciens fans se déhanchent encore au rythme de « Summer lovin’ had me a blast Summer lovin’ happened so fast », entonné par Travolta et sa partenaire, l’ineffable Olivia Newton John.

En 1981, Brian De Palma lui propose une seconde collaboration en lui confiant le rôle du protagoniste du polar Blow Out (1981) : un grand film, mais sous-estimé en son temps, et dans lequel le public de Travolta peine à le voir évoluer dans une atmosphère de noirceur.

Les années 80 sont d’ailleurs celles de la traversée du désert de Travolta, devenu has been après la fin de la mode du disco. Il accumule les échecs et les projets foireux, de Staying Alive (1983) de Sylvester Stallone, piteuse suite de La Fièvre du samedi soir, à la navrante comédie familiale Allô maman, ici bébé (1989) d’Amy Heckerling.

John Travolta ou la résurrection des années 90

C’est Quentin Tarantino qui le remet en selle en lui offrant le rôle du truand Vincent Vega dans le désormais culte Pulp Fiction (1994). Travolta redevient du jour au lendemain une star internationale, et décroche une seconde nomination à l’Oscar du meilleur acteur, dix-sept ans après La Fièvre du samedi soir.

Au firmament hollywoodien, il enchaîne alors les films à gros budget et ambitieux, tels que Volte-face (1997) de John Woo ou La Ligne rouge (1998) de Terrence Malick, dans le rôle du brigadier-général Quintard.

Mais les années 2000 et 2010 marquent à nouveau une régression artistique et un déclin commercial, du calamiteux film de science-fiction Battlefield Earth (2000) de Roger Christian, d’après le roman du scientologue L. Ron Hubbard, à des œuvrettes mineures comme The Fanatic (2019) de Fred Durst.

Son jeu monolithique lui vaut par ailleurs deux Razzie Awards, dont celui du pire acteur et pire couple à l’écran, « pour John Travolta et toute autre personne à l’écran avec lui » dans Battlefield Earth

John Travolta qui été également dirigé par James Bridges, Barry Sonnenfeld, Nick Cassavetes, Mike Nichols et Costa-Gavras, n’en demeure pas moins une icône de l’écran et de la chanson, et restera dans les annales pour quelques tubes et sa prestation jubilatoire pour Tarantino.

Gérard Crespo

Filmographie

Trailers & Videos

trailers
x
John Travolta dans Coeurs perdus de Todd Robinson

Bande-annonce de Pulp Fiction

Acteur, Danseur, Chanteur

x