Note des spectateurs :
[Total : 0   Moyenne : 0/5]

Lady Gaga Stupid Love, retour aux sources de son propre phénomène. La chanteuse revient à la dance de ses débuts avec le foutraque et excentrique single Stupid Love qui préfigure enfin le nouvel album…

Gaga désire un peu d’amour. Ne clame-t-elle, dans son nouveau single, « she just wants to be loved » ? La star qui sauva A star is born de l’académisme de par son jeu d’actrice naturel et exaltant et l’impressionnante bande originale dont elle est l’auteure, qui a scruté le sommet des charts pendant plus d’un an (4 X Platine), n’a désormais plus rien à prouver, tant elle aura su durer et survivre aux critiques et changements de mode qu’elle influença elle-même beaucoup.

Copyrights : Interscope / Polydor

Lady Gaga balance Stupid Love, premier single du nouvel album prévu pour avril

Lady Gaga revient donc aux fondamentaux dance foutraques de ses débuts avec Stupid Love. Tenues excentriques de weirdo, clip ultra Z d’un non-sens absolu tourné avec un iPhone (ça c’est pour la com’, mais on s’en fout un peu, hein?), musique électronique bon marché… La chanteuse à la mode au début des années 2010 se fait plaisir, après avoir assuré la qualité indéniable sur l’album Joanne, opus de country qui avait eu de l’endurance dans les charts anglo-saxons même si un peu moins en France, où l’artiste, hors A star is born, était en peine depuis son second album, le surmarketé Born this way.

Ce n’est pas très bon, mais au moins cela n’a pas la prétention de certains efforts de grandiloquence de l’artiste à l’époque d’Artpop. Cette fois-ci elle se contente d’être efficace et rafraîchissante.

Stupid Love, en fait c’est du Lady Gaga, du pur Gaga, et donc un exercice de nostalgie pour toute une génération, qui n’aura pas eu de ses nouvelles dans ces formes-là depuis plus d’une demi-décennie.

Disponible depuis le 28 février 2020 sur toutes les plateformes de streaming. (Interscope/Polydor)

Frédéric Mignard

Copyrights : Interscope / Polydor