Mythe hollywoodien, Kirk Douglas tourne depuis les années 40, et a décroché ses premiers rôles très vite, dès 1947.

D’origine russe, il a démarré la vie active en tant que lutteur de foire, ce qui lui permettra des rôle physiques dans des films d’aventures comme Spartacus ou Les Vikings, ou des drames sportifs (Le champion, de Mark Robson, pour lequel il est nommé à l’Oscar).

On l’a vu entre autres dans La femme aux chimères de Michael Curtiz, Chaînes conjugales et Le reptile de de Joseph L. Mankiewicz, La ménagerie de verre d’Irving Rapper, Le gouffre aux chimères de Billy Wilder, Histoire de détective de William Wyler, Les ensorcelés et La Vie passionnée de Vincent Van Gogh, tous deux de Vincente Minnelli, 20 000 lieues sous les mers et Les Vikings de Richard Fleischer, Règlements de comptes à O.K. Corral de John Sturges, Les sentiers de la gloire et Spartacus de Stanley Kubrick, Les frères siciliens de Martin Ritt, L’arrangement d’Elia Kazan, Furie de Brian De Palma et Coup double de Jeff Kanew, son septième film avec Burt Lancaster.

Avec près d’une centaine de films, Kirk Douglas a eu une carrière glorieuse et trois nominations aux Oscars (Les Ensorcelés en 1952 et La Vie passionnée de Vincent Van Gogh). Il a été aussi producteur via sa société de production Bryna Productions.

Kirk Douglas dans la Rivière de nos amours
La rivière de nos amours © Wild Side Video

Homme de poigne, puissamment physique, il a œuvré pour la réhabilitation de son ami, le scénariste Dalton Trumbo qui avait été blacklisté, lors de la chasse aux sorcières, en se battant pour que l’homme de l’ombre soit crédité au générique de Spartacus.

Il obtint un César d’honneur en 1980 et un Oscar d’honneur très tardivement, seulement en 1996.

Il est – entre autres – le père du comédien Michael Douglas, star des années 80 et 90, vue dans Wall Street, A la poursuite du diamant vert et le sulfureux Basic Instinct.

Né en 1916, il a fait partie des rares stars centenaires de l’histoire du cinéma. Il est décédé le 5 janvier à l’âge de 103 ans. Hollywood perd un mythe dans les faits, mais pas dans l’âme. Les Légendes sont éternelles.

Frédéric Mignard