Box-office France Semaine du 8 janvier 2020. En ce début d’année franchement médiocre, Disney continue de régner sur un box-office moribond, qui attend la fresque épique d’Universal, 1917, pour reprendre des couleurs. Pendant ce temps, le retour d’Emmanuelle Béart, que l’on n’avait pas vue depuis 6 ans, passe inaperçu.

Underwater, l'affiche
© 2020 20th Century Fox Film Corporation – Walt Disney Studios Motion Pictures. Tous droits réservés.

Faute de sorties réellement ambitieuses, Star Wars l’ascension de Skywalker poursuit en tête du classement, avec 330 000 entrées, réunissant ainsi plus de 5 500 000 Jedi. Disney ne souhaitait pas vraiment le voir déloger de cette première position et ne s’est pas battu pour imposer Underwater, film de monstre avec Kristen Stewart, qui avait la particularité d’être un titre de la Fox. La série B budgétée à 60 millions de dollars a dû se contenter d’un circuit très pauvre pour un film de cet acabit (un peu plus de 200 copies), ce qui explique se moyenne largement supérieure à nombre de ses compétiteurs. 169 000 entrées, dans ce contexte, pour une production dont toute la France ignorait l’existence il y a encore trois semaines, ce n’est pas si mal. C’est en tout cas la 3e meilleure première semaine annuelle à ce jour, derrière Les vétos (400 000 en 15 jours), et Les Filles du Dr March, qui frôle les 400 000 en 15 jours.

Box-office France Semaine du 8 janvier 2020 : Underwater surnage

Parmi les déconvenues, on nommera Sol, avec Camille Chamoux et Chantal Lauby, dont le tango n’a parlé qu’à 83 000 spectatrices dans 313 salles. C’est ce qu’on appelle un bide. A côté, le manga Les enfants du temps fait preuve d’excellence, puisque l’anime de Makoto Shinkai, sur 188 copies, s’installe tranquillement proche des 100 000 entrées, ce qui lui permet de s’offrir une moyenne respectable de 188 amateurs d’animation japonaise par écran.

Un vrai bonhomme, affiche du film de Benjamin Parent
Crédit : Photo de Stéphanie Branchu / Design : Benjamin Seznec / Troïka – © DELANTE PRODUCTIONS – FRANCE 2 CINEMA – SCOPE PICTURES – ÉTÉ 75’ – DELANTE FILMS

L’Adieu n’a séduit que 50 000 spectateurs dans 117 salles (moyenne de 425). L’enthousiasme est restreint. Idem pour Les Siffleurs, représentant roumain à Cannes, dont les 34 000 entrées dans 110 salles sont clairement insuffisantes.

Les nouveautés françaises en pleine déroute

Un vrai bonhomme ne s’illustre pas non plus, avec 21 000 spectateurs dans 114 salles. Vraiment dommage pour Ad Vitam. Autre production hexagonale à mal vivre ce début d’année rigoureux, Merveilles à Montfermeil de Jeanne Balibar subit un manque d’exposition : 6 460 curieux dans 41 salles. C’est un retour raté pour Emmanuelle Béart que l’on n’avait pas revue depuis 6 ans, et Les Yeux jaunes de crocodiles (659 000), mais finalement dans la lignée des scores Bye bye Blondie (33 000), Ma compagne de nuit (12 000), Ça commence par la fin (33 000), Nous trois (12 000) ou Vinyan (14 000) qui, entre 2008 et 2012 avaient été éconduits radicalement par le public. C’est dommage, elle nous avait manqués.

Sur 27 écrans, Tommaso d’Abel Ferrara approche les 4 000 spectateurs, et se contente d’une petite moyenne d’art et essai, inférieure à 150 spectateurs par site.

Frédéric Mignard / Source : CBO Box-Office  

Le Cercle Noir pour Fidelio – Illustration : Pierre-Julien Fieux