Un an qu’on l’attend celui-ci ! Alors que son tournage s’est achevé en novembre 2018, Qu’un sang impur a vécu un long processus de post-production avant de voir sa date de sortie posée au 22 janvier 2020.

Qu’un sang impur : titre, affiche et teaser choc

Qu’un sang impur nous plonge avec angoisse dans le chaos de la guerre d’Algérie, avec en fond historique l’idole ronflante des politiciens des plateaux de BFM, le général de Gaulle. La réalisation est d’Abdel Raouf Dafri, un nom qui n’évoque pas grand-chose, puisqu’il s’agit de son premier long métrage, mais qui, en fait, est à associer à un cinéma canon et coup de poing, comme Mesrine de Richet, Un prophète d’Audiard et la série Braquo d’Olivier Marchal, dont il est le scénariste émérite.

Au casting, on retrouve des noms connus, Johan Heldenbergh, Linh-Dan Pham, Olivier Gourmet, mais aussi le Tuche Pierre Lottin en parfait contre-emploi, et surtout Lyna Khoudri qui a récemment triomphé dans Papicha !

L’affiche provocante de Filou est superbe et il nous tarde de découvrir le résultat, sur le grand écran, le 22 janvier 2020.

Mars Distribution sera le distributeur courageux qui le propulsera dans nos salles.

Voici le synopsis officiel :

1960. La guerre d’Algérie a déjà 6 ans. Les combats sont sanglants et les deux camps ne font pas de prisonniers…

Vétéran de la guerre d’Indochine, le lieutenant-colonel Paul Andreas Breitner a laissé son glorieux et douloureux passé militaire derrière lui. Jusqu’au jour où il est contraint de se rendre en Algérie récupérer le corps du colonel Simon Delignières, porté disparu dans les Aurès Nemencha, une véritable poudrière tombée aux mains des rebelles.
Alors qu’il n’est plus que l’ombre de lui-même, Breitner se voit forcé d’assurer cette mission quasi suicidaire accompagné de Soua Ly Yang, ancienne combattante dans le groupe de commandos qu’il dirigeait au Vietnam. Sur place, il récupère Augustin Diamacoune Senghor, un sergent-chef sénégalais condamné à mort pour le meurtre de son officier supérieur, Alexis Martillat, jeune engagé volontaire fasciné par la guerre et par son père mort au combat en Indochine ; et Assia « bent » Aouda, membre du FLN, spécialiste en explosifs, qui intègre la mission dans l’espoir de sauver la vie de sa mère, prisonnière des parachutistes français.
Le groupe prend la route alors que les positions françaises de la région subissent une série d’attentats sanglants de la part des rebelles fellagas. Ce qu’ils vont découvrir dans cette Algérie profonde minée par la guerre et laissée à la sauvagerie des hommes est loin de ce qu’ils avaient pu imaginer…

Affiche de Qu'un sang impur
Photo : © Filou