L’événement se tiendra à Nantes, le 14 novembre.

Si le comédien, mort prématurément en 2015 durant la production du septième opus de Fast & Furious, fera l’objet d’un documentaire cette année (Je suis Paul Walker, par le réalisateur de Je suis Heath Ledger, Adrian Buitenhuis), ce n’est pas là le métrage qui nous intéresse, mais un objet déviant et fauché, nanar jusqu’aux ongles, que l’acteur avait tourné en 1994 : Tammy et le T-Rex. Le film, réalisé par Stewart Raffill (dont la filmographie est composée de quelques titres éminents, à l’image de L’attaque du crocodile géant, ou Mac et moi, atterrante resucée d’ET passée à la moulinette du consumérisme américain), était demeuré inédit dans nos contrées, malgré la présence au générique de l’actrice Denise Richards (Le monde ne suffit pas, Starship Troopers) dans le rôle de la Tammy du titre, elle aussi peu regardante sur les moyens de mettre du beurre dans ses épinards.

La version qui sera projetée au Katorza, le 14 novembre à 22h, sera une copie restaurée, sous-titrée pour l’occasion, et estampillée gore uncut, interdite aux moins de 12 ans. L’histoire ? C’est celle de Michael, un étudiant qui voit son cerveau implanté dans le crâne d’un tyrannosaure en animatronique, avant d’aller retrouver sa bien-aimée Tammy.

Plus d’infos sur le site officiel du Katorza

(c) Greenline Productions Platinic Inc. / Affiche : The Dude Designs