Semaine du 23 octobre 2019.

Joker permet à Warner de garder la face alors que le studio doit essuyer l’accident industriel de la suite de Shining qui entre en 10e place, la semaine d’Halloween. Un affront, un vrai.

C’est donc un film violent, profondément social et maladif, totalement adulte, qui poursuit son triomphe en tête de classement. Joker glane 775 000 entrées en 4e semaine et demeure numéro 1 pour cette dernière semaine de vacances, devant Abominable (584 000 / 1 375 000), Maléfique 2 (553 000 / 2 107 000).

Pour Warner, c’est une sensation de bonheur rare qui permet d’oublier le flop absolu de Doctor Sleep, suite de Shining qui a vu Stephen King se mouiller pour la promo, en vain. L’adaptation est un accident industriel pur jus, avec une 10e place lamentable : 147 000 entrées dans 381 cinémas, on se situe loin des 635 000 entrées de la suite de Ça en septembre dernier, ou des 385 000 entrées du remake de Simetierre, en Avril 2019.

A titre de comparaison, ce lancement épouvantable en période d’Halloween (!) se situe entre celui de Chambre 1408 (quand King n’avait plus la cote au cinéma, mais qui séduisait 162 000 spectateurs dans 195 salles) et de Carrie la vengeance, remake à 113 000 cinémas dans 206 cinémas. Même Dreamcatcher, en 2003, avec 270 000 spectateurs, avait accompli un démarrage supérieur. La tour sombre, aussi raté était-il, avait séduit 193 000 locataires. Shining 2 a donc viré aigre, et le département communication de Warner est entièrement responsable sur ce coup. Rarement un studio aura aussi mal vendu un produit phare, annihilant tout son potentiel en en faisant un non-événement.

Ce qui est à peine surprenant, c’est de voir le teen movie Retour à Zombieland réaliser 296 000 entrées dans une vingtaine de salles en moins que Doctor Sleep, jouant sur la proximité avec l’âge du public, la cool attitude de ses protagonistes, et surtout sur la nostalgie des années 2000. En sept jours, ce sequel tardif a réuni plus de spectateurs que l’original sur toute sa carrière, puisque Bienvenue à Zombieland s’était arrêté à 275 946, en fin de parcours.

Bienvenue à Zombieland 2, alias Retour à Zombieland
© Columbia-tristar, Sony Pictures

Du côté du cinéma américain, la Fox peut s’inquiéter de la baisse considérable des entrées de Terminator Dark Fate, un titre prémonitoire puisque dans le top 10, ce 6e épisode d’une saga prisonnière des couloirs du temps, accuse la plus forte baisse (-39%). Linda Hamilton et Schwarzy réunis, c’était une mauvaise idée de cinéma, et James Cameron à la production, c’était aussi oublier que le Monsieur Titanic n’est pas le plus doué pour faire dans l’originalité… Avec 723 000 entrées en 15 jours, Terminator finit derrière Mon chien stupide, cabot à 290 000 maîtres dans 425 salles. Pourtant, la comédie romantique acide, avec Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg effectue un démarrage forcément décevant par rapport aux 415 000 entrées de Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants (371 salles) et aux 412 000 spectateurs du Brio (407), du même Yvan Attal.

Du côté des francs succès, le cinéma français est dans la norme avec Nakache et Toledano, dont le dernier feel-good movie, Hors Normes (Gaumont), agit sur le moral des troupes (-15%, 527 000 entrées, le million est dépassé). Donne-moi des ailes (SND) dépasse le million en 4e semaine, avec une baisse raisonnable de 25% de sa fréquentation. Le réalisateur Nicolas Vanier franchit pour la 5e fois ce seuil symbolique, après les cartons de L’école buissonnière, Belle et Sébastien, Le dernier trappeur et, à moindre niveau, de Loup.

Pour ce qui est d’Au nom de la terre, les deux millions sont dans la poche : stable pour sa 6e semaine (-15%), le drame rural émeut encore 161 000 Français pour un total époustouflant de 1 737 000 spectateurs. Chapeau.

Frédéric Mignard  / Source : CBO Box-office

Affiche du film Donne-moi des ailes, de Nicolas Vanier
Affiche du film Donne-moi des ailes, de Nicolas Vanier. Conception Graphique © SND, tous droits réservés. Photos : Philippe Petit. Design : Laurent Pons Troika