Photo : Marie Laforêt © 1960 STUDIOCANAL – TITANUS S.P.A. Tous droits réservés.

Marie Laforêt en parallèle de sa carrière musicale a été dirigée par plusieurs réalisateurs, trouvant son meilleur rôle dans Plein soleil de René Clément.

Marie Laforêt est avant tout un grand nom de la chanson française des années 60 et 70, populaire et talentueuse, à qui l’on doit des standards tels Les Vendanges de l’amour, Mon amour, mon ami, Viens, viens, ou Il a neigé sur Yesterday. Le cinéma a exploité le charme et la sensibilité de cette brune piquante, à la voix mélodieuse. René Clément lui offrit son premier (et meilleur) rôle dans le polar culte Plein soleil (1960) d’après le roman de Patricia Highsmith : son personnage de Marge Duval gravitait autour de deux hommes : Philippe Greenleaf (Maurice Ronet), son fiancé cynique, et le meurtrier Tom Ripley, incarné par Alain Delon. Après ces débuts remarqués, elle tint le rôle principal de La Fille aux yeux d’or (1961) de Jean-Gabriel Albicocco, qui allait devenir son premier époux. Le film connut un succès d’estime. Mais si l’on excepte Marie-Chantal contre le Dr. Kha (1965) de Claude Chabrol, comédie d’espionnage sympathique mais somme toute mineure, la suite de sa filmographie fut en demi-teinte, et Marie Laforêt décrochera moins de premiers rôles.

Alain Delon et Marie Laforêt, tendus dans le thriller Plein Soleil
© 1960 STUDIOCANAL – TITANUS S.P.A. Tous droits réservés.

On peut toutefois citer plusieurs de ses compositions : la reine dans Le Petit poucet (1972) de Michel Boisrond, l’épouse de Belmondo dans Joyeuses Pâques (1985) de Georges Lautner, ou la tenancière de maison close dans Fucking Fernand (1987) de Gérard Mordillat, une savoureuse prestation qui lui valut une nomination au César de la meilleure actrice dans un second rôle. Marie Laforêt collabora également au méconnu et très beau Tangos : l’exil de Gardel (1985) de Fernando Solanas et fit partie du casting féminin de Les Bureaux de Dieu (2008) de Claire Simon, consacré au Planning Familial. Michel Deville, Valerio Zurlini, Jean-Pierre Mocky, Enki Bilal ou sa fille, la réalisatrice Lisa Azuelos, l’ont également dirigée. La chanteuse et actrice nous a quittés à l’âge de 80 ans.