Ce sont cinq films français qui occupent les cinq premières places du Paris-14h de la rentrée, avec Cédric Kahn en liesse pour Fête de famille.

Avec 1 098 convives, Fête de famille fait le job. Le film s’offrait la grosse combinaison d’une semaine très calme et, avec ses 22 salles, réussit à peine à s’octroyer une moyenne de 50 spectateurs par écran. On est loin du score d’Une vie meilleure, en 2012, qui avait permis au cinéaste de dépasser les 1 700 curieux sur une combinaison identique.

Cette semaine ne devrait pas motiver les spectateurs à quitter leurs écrans alternatifs et les programmes Netflix.

La rentrée est triste et Les hirondelles de Kaboul, au moins, tire son épingle du jeu avec 890 amateurs d’animation politique, dans 19 salles. Sa moyenne est un peu juste (47), mais là encore, un mercredi de rentrée, il était impossible d’envisager autre chose. Les familles s’affairent dans les préparatifs et la préoccupation générale n’est pas au cinéma.

La comédie fait triste mine

Dans 19 salles, Inséparables ne fait pas d’adeptes (774, moyenne de 41). Il est évident que c’est en banlieue et province que le potentiel de cette comédie se déploiera.

Affiche Andy de Julien Weill
© Photo Anne tilly

Metropolitan FilmExport a essayé, mais a échoué. Seulement 8 sites ont programmé la comédie Andy. Son casting un peu daté, qui, en plus, n’a jamais ouvert sur son seul nom, ne pouvait pas laisser espérer plus de 246 spectateurs (moyenne de 31).

Mauvais départ pour Four-mi

Attention, four-mi ! Mauvais jeu de mot pour mauvais départ. Fourmi de Julien Rappeneau se demande comment il a pu ravir la confiance de 15 exploitants. Le film se fourvoie à un niveau bas de 227 fans de François Damiens, de quoi affaiblir un peu plus le distributeur Mars Films qui est actuellement en redressement judiciaire.

Aucun des films d’art et essai ne tire son épingle du jeu. Le mariage de Verida et Liberté dépassent à peine les 100 spectateurs dans respectivement 5 et 6 salles. Viendra le feu laisse des braises, à 98 pyromanes dans 6 salles. Pour Kelly Reichardt, on est un peu dans la suite logique de sa carrière française qui n’a jamais emballé que les critiques : 83 spectateurs dans 4 salles, pour son premier film River of grass.

Frédéric Mignard

Affiche de Viendra le feu par Louise Matas
© 2019 : Pyramide – Louise Matas