Alors que le film cartonne en Corée du Sud, Bong Joon-ho, dernier détenteur de la Palme d’Or, réalise une entrée en force dans les salles françaises, avec Parasite. Face à lui, les superproductions américaines font le boulot, sans faire de miracles.

X-Men Dark Phoenix, un phénix mortel

Avant-dernier film dédié aux Mutants porté par la Fox – le prochain opus, Les Nouveaux Mutants est quant à lui prévu pour avril 2020 –, repoussé maintes fois à cause de grabuge en coulisses, le premier film réalisé par Simon Kinberg débarque en salles précédé d’une réputation peu flatteuse, et, après son démarrage pâlot au box-office local (où il a amassé 35 millions de dollars non sans difficulté pour ses premiers jours), fait forcément moins bien que Apocalypse (900 000 entrées en première semaine), le dernier épisode, qui laissait poindre une lassitude du public à l’égard de cette saga qui a déjà la vingtaine, et qui bégaye (la trame est similaire à L’Affrontement final). Ce sont donc 689 000 amateurs de super-héros qui sont venus voir ce dernier spécimen d’un genre actuellement au faîte de sa forme.

x-men_dark_phoenix_photo
Copyright 2019 Twentieth Century Fox

Aladdin exauce les vœux de prospérité de Disney

Sur la deuxième marche du podium, Disney et sa réadaptation d’Aladdin en prises de vue réelles se maintient très bien pour sa deuxième semaine. Avec une baisse de fréquentation légère (-13%), un temps pluvieux et des jours fériés, Aladdin 2.0 attire à lui presque 500 000 bambins supplémentaires, agrégeant un joli cumul de 1,6 millions de spectateurs. Dans le monde, le conte a déjà rapporté la bagatelle de 600 millions de dollars – il aurait coûté un peu moins de 200 millions de billets verts –, dont 235 aux Etats-Unis. Un nouveau gros succès au palmarès de Disney, qui compte pour le moment trois productions dans les cinq plus gros succès de l’année (face au quatrième épisode d’Avengers, Captain Marvel et Aladdin, on retrouve Dragons 3 et la superproduction chinoise La Terre Errante). On n’est pas près d’en avoir fini avec les adaptations de classiques animés.

Affiche Parasite de Bong Joon ho
Distribution : The Jokers, The Bookmakers Copyrights : CJ ENM Corporation E&A All Rights Reserved

Bong Joon-ho : la Palme d’or Parasite le B.O.

Il n’y a pas que des super-héros et un Will Smith survitaminé dans ce classement, on retrouve aussi une Palme d’Or, Parasite, qui réalise une étincelante première semaine, en attirant 376 000 spectateurs sur ses 179 écrans (X-Men est projeté sur 597, et Aladdin 583). C’est mieux que les sept premiers jours du Transperceneige (272 000 entrées, pour un total de 678 000), dernier film du réalisateur sud-coréen à être sorti en salles en France, et, si le bouche à oreille est positif, le film devrait, ou frôler, ou tutoyer le million d’entrées, grâce à un élargissement d’écrans possible semaine après semaine. La France était le deuxième territoire où sortait le septième long-métrage de Bong Joon-Ho, après la Corée du Sud, où la Palme réalise un carton phénoménal – il a déjà rapporté l’équivalent de 45 millions de dollars.

Godilla_roi_des_monstres_us
Copyrights : Warner Bros Pictures

Venise est bien en Italie et Godzilla est le roi des riens

La quatrième position laisse deviner que Elton John ne fera pas aussi bien que Bohemian Rhapsody (4,3 millions d’entrées dans les salles l’an dernier), car, pour sa deuxième semaine, Rocketman attire 200 000 aficionados de rock, pour un total avoisinant le demi-million d’entrées. Godzilla, autoproclamé roi des monstres, est à la peine en ces temps d’embouteillages de superproductions dans les salles, en effectuant une deuxième semaine deux fois moins bonne que la première (180 000 spectateurs supplémentaires attirés par les destructions massives et le combat de titans), et devance d’une courte tête Venise n’est pas en Italie, gaudriole portée par le couple tonitruant Pooelvorde-Bonneton, et semi-échec, avec 177 000 nouvelles entrées pour un cumul de plus de 370 000 entrées. Les quarante salles supplémentaires allouées au film lui permettent toutefois de ne perdre de 14 % de sa fréquentation.

Avengers Endgame plus gros succès annuel en France

Nouvelle production Blumhouse à débarquer en salles mettant en vedette Octavia Spencer en croque-mitaine dissimulée, Ma ne fait pas d’entrée fracassante avec 160 000 entrées pour sa semaine d’entame. Le troisième épisode de John Wick chute quant à lui de quatre places, mais s’impose aisément comme le plus gros succès de la franchise (il cumule 666 000 entrées, contre 400 000 pour le film initial, et 335 000 pour le Chapitre 2, et a rapporté plus de 252 millions de dollars à travers le monde, pour un budget de 75 millions).

A la suite de Pokémon – Détective Pikachu (qui a passé 1,5 million d’entrées cette semaine), Douleur et Gloire, avec 100 000 entrées supplémentaires, est à une courte tête des 700 000 entrées.

Avengers Affiche pour le cinéma Odeon
Affiche britannique – Copyrights : Marvel Studios /

Alors que Avengers – Endgame devient le plus gros succès de l’année en France (6,708 millions de tickets vendus à ce jour, contre 6,668 pour Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ?), les déceptions cannoises se suivent : Sibyl (Victoria avait rameuté 657 000 spectateurs en 2016, contre 288 000 à ce jour pour le troisième film de Justine Triet), Les Plus belles années d’une vie (161 000 spectateurs contre les 4,3 millions d’Un Homme et une femme en 1966, et 469 000 pour Un Homme et une femme – 20 ans déjà en 1986), Le Jeune Ahmed (126 000 spectateurs) et The Dead d’on’t die (319 000 spectateurs).

Jean-Paul de Harma. Découvrez ses autres articles.